Dr Amani BUYANA

Medecin généraliste, expert prestataire EBOLA, Expert en communication sociale axée sur l'engagement communautaire

L’engagement communautaire est la clé de réussite de tout projet à la fois humanitaire que de développement. 

Une mauvaise communication est un échec du projet.

Nous vous aidons à atteindre vos objectifs, en vous assurant une communication sociale efficace. Grâce à une appropriation de vos projets par la base.

RESUME DU SONDAGE SUR LES ATTENTES DE LA POPULATION EN RAPPORT AVEC LE NOUVEAU BUREAU DE LA BANQUE MONDIALE A L’EST DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

RESUME DU SONDAGE SUR LES ATTENTES DE LA POPULATION EN RAPPORT AVEC LE NOUVEAU BUREAU DE LA BANQUE MONDIALE A L’EST DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Par Dr AMANI BUYANA, Expert analyste et communication sociale axée sur l’engagement communautaire.

Après installation du bureau de la Banque mondiale à Goma, à l’Est de la République Démocratique du Congo ; il est quasi important voire même intéressant de partir auprès de la population, les citoyens lambda, afin de savoir leurs attentes, leurs préoccupations en ce qui concerne cette installation du bureau de la Banque mondiale.

Ceci pourra avoir une valeur ajoutée pour le bureau de la Banque mondiale dans le sens où cela permettrait de bien orienter la mise en œuvre de leur projet en se rapportant aux attentes et préoccupations de la population. Cette action permettra d’augmenter le niveau d’engagement communautaire car la population aura adhéré d’avance aux actions déjà inscrites dans ses priorités des besoins (car aucun projet ne peut réussir si la communication sociale recherchant un engagement communautaire a échoué).

Ainsi les actions de la Banque mondiale auront une influence positive dans la partie Est de la RDC si cet engagement communautaire atteint son pic et ainsi sera réaliste la réduction de la pauvreté qu’elle s’est fixé comme objectif. Au cours de ce sondage, enquête et analyse toutes les couches de la population ont été incluses : par rapport à l’âge, aux niveaux d’instruction et à la provenance (dans toute la partie Est de la république démocratique du Congo).

Tout d’abord, il a été question de savoir si la population comprenait la Banque mondiale dans son ensemble et les actions qu’elle mène dans cette partie de la République, ensuite de l’informer sur l’installation du bureau de cette dernière à Goma, et enfin de recueillir ses recommandations et préoccupations quant à la priorisation de ses actions dans la cette partie de la république.

L’essentiel de ce document est inscrit dans les anals de RARIP-RGL , mais dans ce condensé nous présentons ici les priorités de la population de l’Est de la RDC telles constatées au cours du sondage :

- Le désenclavement de zones enclavées par l’ouverture des routes des dessertes agricoles et hautement prioritaires ;

- La création d’emplois pour les jeunes, et l’initiation à l’esprit entrepreneurial ; - La promotion de l’éducation pour tous ;

- La promotion de genre et la lutte contre l’exploitation sexuelle et les violences sexuelles en milieu scolaire ;

- La construction des marchés et le soutien des petits commerçants et petits commerces particulièrement des femmes villageoises et des grandes agglomérations ;

- L’autonomisation des survivants des conflits armés (veuves et orphelins des conflits);

- Création des systèmes de detraumatisation (dans le grand Nord Kivu et la province de l’Ituri suite aux atrocités de tuerie et aux conséquences de la maladie à virus Ebola) ;

- L’accès aux soins de santé primaire de qualité ;

- La promotion des projets agro-pastoles dans la partie Est de la République Démocratique du Congo ;

- L’accès en eau potable ;

- La lutte contre la corruption.

Le rapport de ce sondage (en toute version), comme souligné ci-haut, est disponible dans les anales de RARIP-RGL.

Dr AMANI BUYANA, Expert analyste et communication social axée sur l’engagement communautaire.

Ce site se concentre sur les aspects pouvant etre changé afin de transformer les conditions de vie de la population africaine longtemps meurtrie par une pauvreté mor bide.

La vision est donc de voir éradiquer la pauvreté en Afrique par différentes analyses et proposition des projects et plans allant de la recherche de l'engagement communautaire à la culture d'un leadership et d'un état d'esprit faits des valeurs positives.

Comme on peut paraphraser Thomas Sankara, le developpement et le progrès d'un peuple doit commencer avec elle.

Dr Légende Buyana

Ce qui ne marche pas dans l'engagement communautaire à la riposte contre la maladie à virus Ebola dans le grand Nord Kivu et la province de l'Ituri.

L’ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LA RIPOSTE CONTRE LA MALADIE A VIRUS EBOLA DANS LE GRAND NORD KIVU ET LA PROVINCE DE L’ITURI, UN PROBLEME SERIEUX JUSQU’A L’ERE ACTUELLE !

Alors que l’épidémie de la maladie à virus Ebola, la dixième épidémie de la maladie, pourrait déjà toucher à sa fin, des nouveaux cas isolés de la maladie continuent à refaire surface. Pendant que cette épidémie demeure la première qui aurait connu des avancées considérables dans sa prise en charge thérapeutique ; La découverte révolutionnaire du vaccin, des molécules curatives, des CUBE, ainsi que plusieurs mesures dans la prévention et contrôle des infections sont autant des signes qui poussent à réfléchir quant à ce qui concerne cette persistance de la maladie. C’est ainsi qu’il est légitime de jeter un œil quant à l’engagement des communautés touchées par la maladie à tous ces processus. Depuis un moment, la riposte contre la maladie à virus Ebola a mis au point un système de communication du moins efficace. Allant de l’implication des leaders d’opinion dans la riposte à plusieurs autres méthodes de communication numérique comme traditionnels. L’implication des presque tous les postes de santé, des tradipraticiens, des confessions religieuses a été un grand de pousse dans la coupure de la chaine de transmission de la maladie. Mais malgré toutes ces bouffées de volonté de la riposte, plusieurs artéfacts de résistance à l’engagement sévissent encore dans la communauté. De part et d’autres on peut trouver dans la communauté des personnes qui diabolisent la riposte. Plusieurs tradi-praticiens par exemple, bien que intégrés dans la riposte, continuent à désorienter la population affirmant que les signes que présente la population sont plus dus aux poisons qu’ils peuvent eux-mêmes prendre en charge que les signes de la maladie à virus Ebola. Plusieurs prestataires intégrés dans l’investigation n’ont pas totalement adhérés dans la riposte et constituent des petites résistances dangereuses dans la coupure de la chaine de transmission. Ainsi, au lieu que la riposte soit interprété comme chance de voir couper la chaine de transmission de l’épidémie, plusieurs interprètent comme un moyen créé pour s’enrichir. Il est donc facile à constater que toutes les statistiques sur la vaccination brandis par la commission de VACCINATION de la riposte sont à grande partie plus dues à une contrainte des certains chefs et une crainte de la mort qu’une adhésion, signe d’un engagement communautaire. Ainsi, dans l’espoir de voir finir l’épidémie de la MVE, il est recommandé de ne pas considérer la communication mis en place comme suffisante mais plutôt de laisser essayer d’autres proposition de model d’engagement communautaire pouvant s’adapter aux contextes à la fois sociologiques, politiques et humanitaires de cette partie de la République Démocratique du Congo.

Dr Amani BUYANA, expert analyste et communication sociale axée sur l'engagement social

CES PETITES CHOSES QUI ONT ENORMENT AIDE LA RIPOSTE CONTRE LA MALADIE A VIRUS EBOLA A AMELIORE SA COMMUNICATION POUR UN ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE

CES PETITES CHOSES QUI ONT ENORMEMENT AIDE LA RIPOSTE CONTRE LA MALADIE A VIRUS EBOLA A AMELIORER L’ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE.

Sigles et abréviations

MVE : Maladie à Virus Ebola RDC : République Démocratique du Congo.

 

Au début de l’épidémie de la maladie à virus Ebola dans le Grand Nord Kivu et la province de l’Ituri, la résistance communautaire a atteint son pic à cause d’une communication mitigée. La population n’a pas pu comprendre et adhéré à la riposte. Il a été question de mettre en marche des nouvelles stratégies de communication afin de voir la population s’approprier la riposte contre la MVE. Bien que jusqu’aujourd’hui, la population ne s’était pas encore totalement approprié la riposte, voici quelques stratégies qui ont énormément aidé la riposte à diminué le taux de résistance communautaire :

- L’implication des chefs des villages, autorités politico-administratives locales et autres leaders d’opinion dans la communication contre la maladie à virus Ebola, et la conscientisation de la population sur la vaccination.

Bien que les résultats ne sont pas satisfaisants, cette technique a énormément amené un grand plu valu dans l’adhésion de la population à la vaccination contre la MVE.

- L’implication des tradi-praticiens.

Du point de vu socioculturel, la population du Grand Nord Kivu et de la province de l’Ituri gardent encore jusqu’à l’ère actuelle une grande confiance et estime pour les guérisseurs traditionnelles. Le fait de les associer aux activités de la riposte contre la MVE a été une inspiration louable et a considérablement réduit le taux de résistance. Mais n’en soyons pas trop illusionné de ces chiffres, plusieurs tradi-praticiens continuent encore à jouer une double face en profitant de la naïveté de la population.

- L’intégration des plusieurs responsables des postes de santé et structures sanitaires privées.

Au début, alors que la riposte était à son début et que la résistance tendait son pic, les prestataires des structures privées ont constitués des grands épicentres de cette résistance. Mais après leur intégration, il s’est observé d’énormes plu valu dans la diminution de cette résistance.

Implication des confessions religieuses, etc

 

Ainsi donc, si on ajoutait à ces stratégies déjà prises en compte par la riposte, d’autres stratégies innovantes pour un engagement communautaire, il est encore possible de diminuer cette résistance communautaire qui pose encore problème dans la riposte contre la MVE en dépit des avancés qu'elle fait jusque-là preuve.

Dr AMANI BUYANA Expert prestataire Ebola Expert analyste, communication sociale axée sur l’engagement communautaire dans la région des Grands Lacs.